Les Communes

13 mars 2010

-Acte de naissance

Publié par europalinka dans Les statuts

Le parti des communes déclare sa fondation, ici et maintenant. Quiconque lira ces lignes participe de sa naissance. Ce parti n’est pas une association de consommateurs, ce n’est pas une vitrine publique pour des intérêts privés. Les communes sont d’une part un groupe de pression, d’autre part une matrice collective vouée à la discussion du bien commun. A terme, les communes ont vocation à devenir une société complète, ou plus exactement une culture politique qui fonde une société.

Statuts :

Article 1 : Les communes visent l’habilitation de chacun au métier et à la dignité de citoyen. Il s’agit de restaurer l’action consciente de la puissance instituante, c’est à dire la possibilité pour chacun, de modeler la société à l’image de ce qu’il ou elle désire, dans chacune de ses actions, de viser le bien commun dans chacune de ses paroles. Aucune parole ne vaut plus qu’une autre. Il n’y a pas d’expert dans les Communes.  Aucune gouvernance, aucune organisation scientifique de l’action ne peut prétendre  remplacer le conflit politique. Quant aux valeurs à défendre, liberté, égalité et fraternité sont déjà si difficiles à défendre dans la société actuelle que cette trinité élémentaire pourrait servir de base (voir la Nouvelle Ethique). Un des efforts essentiels consistera à élaborer une langue commune, une nouvelle rhétorique qui permette à chacun de demander des comptes. Parler la même langue, se comprendre, c’est déjà refonder une cité commune, ou du moins c’est créer la possibilité d’en faire une.  

 

Article 2 : Quiconque accepte de discuter des principes ou des propositions entre temporairement dans Les communes. Pour devenir membre permanent des Communes, il suffit d’en faire la demande et de signer la déclaration de principes.

 

Article 3 : Personne ne peut être exclu des communes. En revanche, le ou la porte parole élu(e) devra s’en tenir aux positions validée collectivement, faute de quoi, il ou elle sera déchue de sa position de porte parole. En tout temps et en toute circonstance, on s’exprime, parle ou signe en son nom propre. Le pseudo ou l’anonymat convient au dépotoir des opinions flatulentes, sur les forums des journaux. Un citoyen parle en son nom.

 

Article 4 : Si la situation l’exige, les Communes pourront se constituer en formation politique traditionnelle, apte à présenter des candidats aux élections municipale, régionale, cantonale, législative, présidentielle, européenne…

 

Article 5 : Les communes ne recommandent aucun mode d’action politique, elles n’en repoussent aucun a priori. Elles ne cherchent pas à contraindre mais à exister, dans les actes et les paroles de ceux et celles qui la feront vivre.

 

 

Déclaration de principes

(les seuls qui ne feront pas l’objet d’une discussion).

Credo.

 

Il est utile de perdre du temps à discuter, au moins pour se fréquenter, pour se souvenir des raisons que nous avons de nous aimer, de la juste distance qui doit exister entre nous. Tout surgit de la discussion : le bien visé, le visage du monde dans lequel on se propose de vivre, le statut que l’on attribue à chacun, la répartition des richesses que l’on consent à mettre en place. Une discussion politique ne cherche pas à se clore mais toujours à se continuer. Elle fait exister le politique et c’est la dimension la plus fondamentale de la démocratie. Cette dernière est fondée sur le droit de chacun à prendre la parole et à demader des comptes à tout(e) autre. Il n’existe aucune fatalité, d’aucune sorte, ni économique, ni politique, ni religieuse. La fin ne justifie jamais les moyens.

 

http://europalinka.unblog.fr/wp-admin/post.php?action=edit&post=310

Laisser un commentaire

Carentambition pour CARENTAN |
Ensemble pour une Martiniqu... |
Villeneuvedolmesnotrevillag... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAIE MAHAULT : Blog-notes d...
| lapolitique
| oo98